D’aventures en aventure…

Enfin ce site wordpress me répond et me permet de vous écrire un dernier article avant mon retour prévu ce soir pour le froid de la Belgique! Ceci dit, même depuis la Belgique, je vous donnerai des nouvelles du projet!

Pour revenir un peu à nos moutons (qui se trouvent maintenant bien loin lorsque je vois la date du dernier article en ligne), en ce qui concerne le dispositif lave-main, et bien nous ne l’avons toujours pas reçu… Problème d’une pièce manquante pour finaliser le travail. Nous attendons, patience, patience, ici est le maître mot.

Pendant ce temps autant continuer à remplir le dispensaire avec tout le matériel collecté et faire ce fameux inventaire!!!
Je vous certifie que nous possédons le meilleur matériel de tout Adétikopé pour ce qui touche au soins de plaies!

Le dépôt du dossier de demande d’autorisation et d’exploitation d’une structure sanitaire privée a été fait également. Une belle épine hors des pieds! De plus, c’est l’adjoint du DPS (Directeur préfectoral de la santé) qui nous a reçu pour le dépôt et pour lui tout était ok! Le dernier accord  qui viendra du ministre est donc en bonne voie. Une première bonne nouvelle!
Je ne peux vous raconter en détails les péripéties de ce jour là, mais sachez que ce sont de belles anecdotes!
Pour ne pas vous laisser sur votre faim, en voici une :
Le dossier à  rendre devait être fait en 3 exemplaires, pas de soucis à ce niveau tout était prévu sauf que le dossier devait être accompagné d’une lettre manuscrite adressée au ministre de la santé et de la protection sociale, pas de problème non plus, je l’ai rédigée de ma plus belle écriture…. Mais l’adjoint lui, la voulait aussi en 3 exemplaires et ne voulait pas nous faire revenir un autre jour (ce qui est très sympa de sa part car on vient de loin!), le voici donc entrain de me tendre du « papier ram » (plus communément appelé feuille blanche chez nous) et un bic… Me voilà donc dans la cours intérieure de la polyclinique de Tsévié devant le secrétariat entrain de recopier 2 fois la lettre!
Autant vous dire aussi que j’ai bien fait rire le personnel lorsque j’ai demandé après une latte pour tracer des lignes sur mon bloc de feuilles et afin d’écrire droit par transparence! Ce fut bien drôle!

Mon travail sur place, ici au Togo, s’achève donc pour un moment mais il ne s’arrête pas là pour autant. Il reste donc à attendre que l’ouverture du centre soit effective et en toute légalité.
En Belgique, je recevrai les résultats de l’étude de faisabilité concernant la création de la micro- mutuelle annexée au centre de soins. Nous avons déjà la confirmation de pouvoir accueillir une infirmière diplômée qui sera là au Togo d’ici la fin 2018 sur une longue durée pour la suite du projet.
Il ne faut surtout pas oublier les membres de l’ONG UJPOD Togo qui sont tout aussi actifs sur le projet et sans qui je n’aurais pu avancer!
Je ne vous en dit pas plus car l’histoire de ce projet n’est pas terminée, seul le premier chapitre s’achève…

Je l’oubliais presque…. Et il n’est pas encore trop tard, pour vous souhaiter à tous, vous qui m’avez soutenus, encouragé dans ce projet, le meilleur pour cette année 2018!
Pour terminer cet article et conclure ce séjour je dirais:
« Voyagez autant que vous le pouvez, aussi loin que vous le pouvez, aussi longtemps que vous le pouvez… La vie n’est pas faite pour être vécue à un seul endroit.
Mais surtout retenez que… Voyager sans rencontrer l’autre, ce n’est pas voyager, c’est se déplacer. »

Bon je m’arrête là, avant que les larmes ne reviennent 😉
Suite au chapitre 2!…

 

Publicités

Les démarches administratives au Togo …

Les jours passent et ne ressemblent pas … Quoi que !

Nous avons eu la visite du tapissier afin de mettre le matelassage et la toile cirée sur notre belle table de soin. La couleur orange a été choisie à l’unanimité pour donner envie aux enfants de venir dans notre centre. Nous avons également décidé de peindre les tabourets et marche pied afin d’égailler le local et faire la différence par rapport aux autres centres de soin. Ceci n’est pas encore terminé car il nous reste l’étagère à repeindre et l’armoire à vernir. Cependant le menuisier doit revenir faire quelques ajustements car le bois, lui, travaille. Nous avons également vernis la table de soin et le bureau.

Nous sommes également dans les démarches administratives auprès de l’UNICEF afin d’obtenir un dispositif lave-mains à pédale et d’ainsi répondre aux normes sanitaires car le logement n’est pas équipé en eau courante mais nous disposons d’un puits. Les démarches sont en cours, affaire à suivre… Voilà pour ce qui est du local.

Afin de pouvoir démarrer l’activité du local avec les soins de plaies pour les enfants, nous avons pris contact avec le secrétaire général de l’association nationale des infirmiers et infirmières du Togo (ANIIT) faisant office d’ordre infirmier du pays. ( Il nous a fallu deux jours afin de le localiser et de le rencontrer ! Une aiguille dans une botte de foin !). Cependant, l’entretien de ce matin fût très constructif et demain nous rencontrerons le président de l’ANIIT afin de lui remettre les documents nécessaires (diplôme, visa) pour faire reconnaître mon diplôme au Togo, avoir une carte de membre et me permettre d’exercer des soins infirmiers en toute légalité. Nous espérons que cela ira vite !!!

En parallèle, nous sommes en contact avec le DPS (Directeur Préfectoral de la Santé) afin de débuter notre étude de faisabilité pour le lancement de la micro-mutuelle. Après avoir eu un accord oral, celui-ci nous demande beaucoup de documents et nous fais quelque peu tourner en bourrique pour obtenir l’autorisation de collecte de données dans les dispensaires. Normalement demain nous aurons le fameux papier !!!

En ce qui concerne les entretiens dans les ménages d’Adétikopé, il nous faut en plus de l’autorisation du DPS, l’accord du chef du village. (en passant au préalable par le chef du quartier qui doit en référer au chef du village d’Adétikopé et aux autres chefs de quartier afin de réunir la population et de les informer du déroulement de notre action.) Vous comprendrez donc que faire des démarches au Togo s’avère plus difficile que prévu !20171123_165903

Voilà pour les démarches, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, un vrai casse tête !

En conclusion, mon nouveau statut au Togo est secrétaire, chef rédactrice de lettres en tout genre mais je l’espère redeviendra bientôt infirmière !

 

 

 

Plusieurs jours sans connexion…

P1030100Les coupures d’électricité ce sont intensifiées ces derniers jours mettant à mal la connexion internet du logement. Mais ce n’est pas pour autant que le travail s’est arrêté.
La peinture terminée, nous avons accompagné le menuisier à la scierie et dès les lendemain les planches nous sont arrivées et son travail à pu commencer.
Au bout de 3 jours les meubles étaient terminés et ont pu être installé dans le local.

Entre temps, nous continuons à avancer dans le travail administratif de l’ONG.
Dès demain l’inventaire du matériel amené sera fait et rangé dans le centre.
Dans quelques jours l’étude de faisabilité de la micro-mutuelle pourra commencer.

20171114_15020520171114_150259

 

 

 

 

 

Pour recouvrir et matelasser la belle et costaude table de soins nous attendons le tapissier et son devis.

Après les mesures, la peinture!

Ce lundi et mardi ont été rythmés par les nombreuses couches de peinture!
P1030047
Une chose est sûr, la peinture togolaise n’est absolument pas la même que chez nous…
Seul avantage, le temps de séchage des murs est très rapide!
P1030049Le point commun: impossible de peindre sans s’en mettre partout !
Dans le but que ce petit local soit le plus lumineux possible et neutre, nous avons opté pour la couleur jaune.
Le blanc aurait fait trop « hôpital » et trop salissant à notre goût.
Le bleu étant utilisé essentiellement pour les chambres, nous ne nous imaginions pas non plus le peindre en rose.

 

P1030055P1030079

 

 

 

 

 

Demain nettoyage du local et courses avec le menuisier sont au programme!

P1030087

 

C’est parti !

Ça y est, c’est parti!
Première étape: aménagement du local.

20171106_093028
Après 1 semaine d’acclimatation, de la découverte du nouveau  logement de l’ONG et ses alentours ainsi qu’après quelques réunions, le projet peut enfin démarrer.
Ce lundi 6 novembre, 2 menuisiers sont venus faire un devis pour l’aménagement du local qui servira de centre de soins. 20171106_092847
D’ici une bonne semaine, tout le mobilier sera ainsi crée sur place et sur mesure!
Cela comprendra la table de soins, l’armoire de stockage pour le matériel de soins, une étagère, sans oublier le bureau et ses tabourets.
Le local étant petit, nous avons pu élaborer un agencement judicieux pour un travail organisé et confortable.

20171106_09241320171106_092944

TOGODEVIWO -Créons ensemble leur centre de soins

TOGODEVIWO est le projet de création d’un centre de soins aux plaies d’accès à moindre coût pour les enfants dans le canton d’Adétsikopé de la préfecture du Zio au Togo.
Pourquoi ?

920827_10209177816707304_6150905849589044868_oJe m’appelle Florence Barthélemy, infirmière spécialisée en pédiatrie et néonatologie. En plus de mon travail en milieu hospitalier, je collabore aux projets « santé » de l’ONG UJPOD-Togo et m’implique dans leurs actions de terrain depuis 3ans.
C’est dans le cadre d’un stage à l’étranger durant ma spécialisation que j’ai pu rencontrer les responsables de cette ONG.

Sur place, j’ai pu me rendre compte du manque d’accès aux soins élémentaires chez les enfants. Ma formation et mon idéal scout ont déterminé mon engagement pour soutenir UJPOD. Cette ONG déploie beaucoup d’énergie dans la concrétisation des projets qui aboutissent et qui tiennent compte des réalités du terrain. Vous trouverez sa présentation en annexe.

C’est de mon expérience en janvier 2016 lors de mon 2ème séjour humanitaire au Togo en travaillant avec l’ONG locale UJPOD-Togo sur un projet itinérant  «Soins des plaies aux enfants» aux travers des écoles de villages , qu’est née l’idée et la volonté d’ouvrir un point d’attache, de mettre sur pied un centre de référence permettant sur une plus longue durée de suivre les enfants dont les plaies nécessitent une plus grande attention.

En effet, bien trop souvent négligées, les plaies considérées comme banales chez les enfants,  se surinfectent très rapidement et/ou cicatrisent difficilement face aux conditions de vie (chaleur, humidité, poussière constante, …), au manque d’hygiène et de prise en charge  médicale non adaptée (ex : macération d’une plaie due à un cataplasme à base de plantes).12694944_10208993124250108_8988837074048383920_o
La petite égratignure peut ainsi très vite s’ulcérer, ou devenir un abcès qui en fonction de son importance peut évoluer jusqu’à l’ostéite, la septicémie, … l’amputation.

Au manque de moyen financier des familles est associé un déficit en informations sur la prise en charge de ces plaies. C’est pourquoi, dans chaque école,  durant le projet itinérant des soins de plaie aux enfants, nous avons formé deux instituteurs  à dispenser des soins selon des principes de base afin de prendre le relais au terme de notre action. Un carnet de suivi des plaies, des fiches de protocoles de soins selon la plaie observée leur ont été confié ainsi du matériel d’intervention qui sera renouvelé  suivant leurs besoins.

16238055_10212269967329137_1995629603_n
En quelques chiffres :
Le projet soins de plaie des enfants  s’est implanté dans 4 écoles et notre action consistait en des matinées de sensibilisation à l’hygiène des mains dans les classes et en une permanence, les après-midi, pour effectuer les soins de plaies.
Il en résulte un suivi de 247 enfants porteurs de plaies et de 466 soins réalisés sur 1mois!

LE PROJET TOGODEVIWO 2017-2018

Ce centre de référence permettra de regrouper les différents projets du secteur santé de l’ONG. Ce local servira à la fois de lieu où l’on dispensera des soins mais aussi de lieu de rassemblement afin d’organiser des sensibilisations de masse à la population.
Dans le secteur santé de l’ONG s’y regroupe aussi un projet sur l’éducation et la santé sexuelle chez les jeunes, un projet itinérant de dépistage du diabète avec la participation de dispensaires.

Les fonds récoltés serviront à :25

  • L’aménagement du centre de soins : (+/- 2000€)
    -Assainissement du local (rafraîchissement des murs, peintures, affiches…)
    -Financement du mobilier (armoire de stockage pour le matériel, table d’auscultation pour effectuer les soins, moustiquaire, ventilateur,…)
  • L’achat du matériel de soins et renouvellement du stock  (+/- 500 €)
    (Compresses, antiseptique, gants, gel hydro-alcoolique, tulles gras,…).
  • La gestion administrative  (+/- 200€)
    (élaboration des protocoles de soins, fiches de suivis des enfants,…).
  • La participation aux frais d’envoi du matériel de soin collecté en Belgique pour la mise en route et assurer la durabilité du projet.
    (+/- 120€ par valise supplémentaire de 20kg)

Déjà des idées de développements et des projets de continuité au sein du centre avec la création d’une micro-mutuelle !!
Avec la gracieuse participation de professionnels locaux en soins de santé :

  • Instaurer les « visites médicales» gratuites pour les écoles avoisinantes.
  • Instaurer une permanence mensuelle ou hebdomadaire gratuite pour le suivi des nourrissons (suivi de la courbe de croissance, conseils d’hygiène et d’alimentation,..).

Récolte de fonds par :12243479_10208383634613248_6139390366448276776_n

  • Vente de petites boites de pansements
    (3€ l’unité)
  • Participation financière libre sur la page du projet Ulule: https://fr.ulule.com/togodeviwo/
  • Participation financière libre sur le compte du projet: BE09-0837-2137-5057
    (Avec la mention TOGODEVIWO)
  • Collecte de matériel de soins (gants, gel hydro-alcoolique, compresses, désinfectant, éosine, tulles gras, méfix, opside, …) à acheminer.
  • Un appel à des initiatives originales de récolte de fonds organisées par des particuliers ou des associations qui voudraient m’aider (brocante, bourse, rallye, marche, souper, …).

Coût estimé pour la création du centre TOGODEVIWO :

  • L’aménagement, la création et la gestion du centre de soins est estimé à +/- 3000€ (comprenant tous les aspects cités ci-dessus)

La gestion de création du petit centre de soins TOGODEVIWO qui m’a été confiée fait partie d’un grand projet de l’ONG : l’ouverture d’un centre Socio-éducatif pour les enfants.

Donc :

  • Si les fonds récoltés dépassent la somme espérée de +/- 3000 € et atteignent 14000€, c’est la création d’un grand centre socio-éducatif pour les enfants qui sera construit. Ce centre inclura bien évidemment le centre de soins mais aussi un local informatique pour des cours d’initiation, une bibliothèque, une ludothèque, une école des devoirs.
    Tout le matériel tel que ordinateurs, livres, jeux de société, l’ONG en possède déjà ! Mais par manque de place et de locaux disponibles, toute cette belle réalisation ne peut être mise en place…
    (partage du devis sur demande)

Le prix d’1 petite voiture chez nous = construction d’1 centre socio-éducatif pour les enfants d’Adétsikopé.